Où pratiquer

La FFFL est reconnue par

International Floorball Federation

Vous êtes ici : Accueil » Compétitions

La Suède récupère sa couronne

Fournisseur officiel


Partenaire


Partenaire Media


10 décembre 2012

La dernière fois c’était en 2006 et entre temps il lui aura fallu supporter le goût amer d’une double défaite face au frère-ennemi finlandais en 2008 à Prague et en 2010 à Helsinki. La Suède vient de reprendre son titre et de quelle manière !

La génération surdouée finlandaise vient certainement de tirer sa révérence. On aurait souhaité meilleure sortie aux Kohonen, Järvi, Kivilehto, Vänttinen... Une défaite pourquoi pas, mais pas comme ça. Cela saute aux yeux, la Finlande a une obligation de renouvellement. Chose que la Suède a entreprise depuis un peu plus de deux ans et qui porte aujourd’hui des fruits bien mûrs et juteux.

Si la Finlande a vécu un surprenant naufrage collectif, elle est passée très près d’une correction historique. Menée 9 buts à 1 après deux tiers-temps par une équipe suédoise en état de grâce, elle aura finalement trouvé un peu de ressource pour scorer quelques buts honorifiques, en commencant à sortir son gardien dès la fin de la deuxième période ! Pas suffisant pour sortir la tête bien haute malheureusement.

La Finlande aura été l’ombre d’elle-même pendant deux périodes. Surpassée physiquement, elle a certainement payé une demi-finale compliquée face à la Suisse la veille, quand la Suède se balladait face à l’Allemagne. Mais ce n’est pas une excuse. Il y a deux ans, la Suomi s’en était très bien remise.
Dépassée tactiquement, elle n’a que rarement trouvé l’occasion de sortir efficacement de sa zone pendant les 40 premières minutes. Et à chaque fois, les shoots ont trouvé sur leur chemin Patrik Aman, le portier suédois, toujours aussi aérien et démonstratif.

Plus surprenant encore, le squad finlandais aura montré des limites techniques. C’est peut-être relatif, comparé à des Suédois démoniaques de précision et de vivacité. Mais on a senti certains joueurs empruntés, manquant des contrôles, ajustant mal certaines passes. Même le gardien Toivoniemi, pourtant élu dans la All Star Team du tournoi, aura dû sortir après 30 minutes et 5 buts dans la besace.
Son remplaçant n’aura pas vécu meilleure soirée. Les Suédois lui ont en effet réservé un bizutage à l’ancienne, pour sa première apparition en phase finale de Coupe du Monde. 1 premier but après 50 secondes de présence, puis 3 de plus avant la fin du tiers... A son crédit tout de même, un coup d’éclat sur pénalty, avec ce très beau sauvetage face à Kim Nilsson.

Naufrage finlandais, irruption de talent côté suédois. Il faudrait citer toute l’équipe, tant le danger et la créativité surgissent de toutes parts. Toute la palette technique est maitrisée à la perfection. Les passes sont millimétrées, les contrôles aériens systématiquement orientés idéalement. Et les frappes pleuvent de près et surtout de loin de manière chirurgicale, comme sur le 2e but de Patrick Malmström et son slap surpuissant, ou sur le 4e de Robin Nilsberth et son tir enroulé, sous pression le long du rink, au niveau de la ligne médiane. Et pan dans la lucarne !

A l’arrivée, c’est Kim Nilsson qui empoche le titre de MVP du tournoi. Il prend aussi celui de meilleur joueur du match remis par un illustre compatriote, Henrik Zetterberg, la star des Detroit Red Wings, en séjour professionnel longue durée non loin de Zürich. Chez les Finlandais, c’est Jani Kukkola qui est distingué sur ce match. Il incarne la relève et c’est un symbole, c’est en effet l’un des rares à s’être illustré côté blanc.
Kim Nilsson, en tout cas, a tout pour plaire. Très grand, très rapide, très précis, buteur et passeur, un gros mental... Un joueur de grande classe né en 1988. La plupart de ses compères sont d’ailleurs plus jeunes. C’est dire l’inquiétude (ou la gourmandise, car il est vrai que c’est un régal) des observateurs qui savent d’ores et déjà que la Suède est partie pour dominer sévèrement la planète floorball pour les 4 prochaines saisons au moins.

L’ampleur du défi est donc très clairement affichée. Les poursuivants auront-ils une chance de bousculer la Suède à courts termes ? Difficile à dire. Il n’aura pas échappé aux connaisseurs cependant que le Big Four n’est plus. L’Allemagne s’est en effet invitée dans le dernier carré, tandis que la Republique Tchèque a trébuché jusqu’à la 7e place, battue par la Lettonie et la Norvège. C’est dans la continuité de 2010, le vent du changement est peut-être en train de se lever. Mais soyons lucide il va mettre du temps à souffler assez fort pour décorner un Viking.

la Suisse prend la 3e place, grâce à sa victoire sur l’Allemagne (8-0) en petite finale.


Copyright © FFFL 2006-2017 Certains droits réservés CC BY-NC-ND 3.0.
Site développé sous SPIP 2.1.26
RSS
Mentions légales